Artistes associés

Projet Ose s’entoure de multiples artistes aux disciplines diverses proposant chacun une démarche artistique engagée en cohérence avec ses valeurs et sa philosophie. Certains proposent des ateliers de la Caravane des dix mots et font partie du collectif des artistes de la Caravane des dix motsd'autres réalisent des créations partagées.

 

Delphine Bailly, animatrice littéraire

Journaliste puis libraire "au long cours", l'âme voyageuse et les semelles immigrantes, Delphine conçoit et anime des ateliers d'écriture créative pour des publics divers. Le reste du temps, elle écrit de la poésie et des oeuvres de fiction. Parfois, il lui arrive de prendre des bains de pieds dans une petite bassine d'eau salée, pour l'inspiration.

 

Caroline Barber, auteure jeunesse et animatrice littéraire

Les terrains de jeux littéraires de Caroline Barber sont la poésie des mots, le quotidien ordinaire, les petits riens de la vie. Elle aime remplir des cahiers accordéon entiers de phrases en mots découpés pour ensuite, les transformer en poèmes musicaux. Les folies dadaïstes, surréalistes et oulipiennes font également partie intégrante de son arsenal créatif. 

Blog : www.dunehistoirealautre.blogspot.ca

Geneviève Blais, écrivaine

En partant des mots proposés, Geneviève aime laisser l’imagination et la spontanéité des participants les transformer et jouer sur leur sonorité, leur couleur et leur ressemblance avec d’autres termes. Sa pratique personnelle d’écriture l’amène à inviter les participants à sortir du sens connu. Quelles images surgissent ? Quels souvenirs aussi ? En effet, chacun a son histoire et c’est avec cela aussi qu’on fait surgir des liens. En tant qu’artiste intervenante, elle souhaite pointer là où ça fait poésie,  là où il y a quelque chose qui, possiblement, pourrait être étayé et développé. 

Johannie Blais, artiste en arts visuels

Johannie développe une réflexion autour de la participation de l’autre comme acteur de développement d’une œuvre. Son travail explore les thèmes de la participation, de la correspondance, de la tradition et questionne la pérennité du patrimoine québécois et des moyens de communication pour y parvenir. Elle souhaite mettre de l’avant le processus de création qui sollicite la participation des individus et construit le projet. Ses projets posent la question de la matérialisation de l’œuvre par le passage et la participation d’autrui.  Le travail créateur devient un lieu où l’œuvre s’élabore avec la collaboration et l’implication de chaque participant. 

Karine Cloutier, danseuse © Crédit photo - Carlarchambault.com

Danseuse contemporaine, enseignante auprès de jeunes et d’adolescents en milieu scolaire et grande voyageuse (Afrique de l’Ouest), Karine a développé des ateliers de médiation culturelle où la rencontre humaine prime sur la performance dansée. C’est d’abord à des mères et leurs poupons, qu’elle fait découvrir un univers musical rythmé et accompagne le tout du portage à l’africaine. Peu importe le public ciblé, la danse devient un prétexte pour se retrouver ensemble, en communauté, en famille, entre amis. Les participants explorent l’estime de soi, les liens de confiance avec autrui, le lien mère enfant, les liens intergénérationnels, leur créativité et le lâcher- prise. Le plaisir de bouger, la non-performance et la rencontre provoquent de beaux moments.

Marie Dauverné, artiste en arts visuels

Les projets de Marie sont motivés par la conviction profonde que son statut d’artiste est une position privilégiée lui donnant une responsabilité: celle d’utiliser l’espace de parole avec pertinence. Elle compare son rôle d’artiste à celui d’un allié, sensible aux causes des minorités et engagé dans une réflexion sur le vivre-ensemble. La question de l’identité est au cœur de ses explorations. Elle l’aborde par le biais du micro-récit: en dessin, vidéo, installation, en actions furtives écrites ou lors de performances en créant de petites histoires qui soulèvent certaines questions. 

Marise Demers, percussionniste © Crédit photo - Carlarchambault.com

Marise est une percussionniste montréalaise. Sa passion pour les percussions, qui naît d’abord d’une rencontre avec l’Afrique, débordera bientôt sur d’autres langages musicaux. Des rythmes d'origines diverses viendront au fil du temps remplir le coffre à percussions de cette indomptable marieuse qui préfère s’acoquiner avec différents styles pour les fondre dans un son qui lui est propre. Active autant sur scène que dans l'enseignement, elle travaille avec des artistes multidisciplinaires, ce qui contribue à enrichir sa palette de couleurs sonores, sa flexibilité artistique et son agilité de percussionniste. 

Catherine Ego, auteure et comédienne

Pour Catherine, tout tourne autour du dire. Auteure et comédienne, elle aime ce que raconte la langue et ceux qui la raconte la fascine. C’est d’abord par le théâtre que sa passion pour les mots s’exprime, puis par des formes « extrêmes » du dire – mime, virevolte linguistique et virtuosité vocale. Elle est co-fondatrice de la troupe Paroles Égales qui propose un « théâtre pour l’oreille » où la guitare et la voix parlée s’entremêlent, s’interpellent et participent à parts égales au discours, à l’intelligibilité de la proposition artistique et à la stimulation de l’imaginaire du public. Elle s’investit par ailleurs avec des artistes visuels dans des projets de photo/peinture/écriture et sème ses textes aux quatre vents dans le cyberespace, les cafés, les revues littéraires et l’espace public.

Myriame El Yamani Martineau, conteuse © Crédit photo - Béatrice Savoie-Mecking

La parole est au centre de l’histoire à raconter et Myriame se considère comme une passeuse d’histoires, une communicatrice hors-la-norme. C'est pour communiquer une parole vraie, au delà des mensonges qui nous entourent, des hypocrisies qui nous blessent et des catastrophes qui nous guettent, qu’elle est devenue conteuse. L’imaginaire que la parole conteuse déploie, la force qu’elle contient, la spiritualité qu’elle apporte, l’engagement social et politique qu’elle propose semblent apaiser le cœur et l’âme des gens qui l’écoutent. « Parce que conter est un art. Celui de la relation et l'envie de partager nos désirs, nos rêves, nos histoires. » 

Site web : www.myriameelyamani.com

Edgar Giron, danseur

Très tôt, Edgar baigne dans l’univers de la danse. Les chorégraphies de fin d’année à l’école et les cours particuliers donnés par sa grand-mère à l’occasion des fêtes familiales l’emmènent très vite vers une formation à l’université. Puis tout s’enchaîne, de la danse en couple au jazz en passant par la danse théâtrale, la danse moderne ou encore le ballet, Edgar développe une polyvalence et une connaissance large de l’univers de la danse. Touche-à-tout et curieux, il fonde par ailleurs sa propre troupe de théâtre expérimental et conçoit des ateliers multidisciplinaires en y mêlant ses différents savoir-faire.

Anick Gosselin, relieure

La pratique d’Anick inclut le dessin, la peinture et particulièrement les techniques d’estampes  ainsi que la reliure.  Elles sont un moyen efficace pour elle de joindre la conception et la réalisation d’idée et de forme en véhicule de diffusion.  La rencontre, les systèmes de référence et les expériences du quotidien  alimentent sa pratique et c’est  dans une humble intention de communiquer certaines idées qui lui sont chères qu’elle diffuse sur papier, des petits bouts d’idées à partager. 

Site web : www.anickgosselin.wordpress.com

Marie-Paule Grimaldi, poétesse et slameuse © Crédit photo - Michel Donais

L’art, le geste de création artistique et toute œuvre d’art sont avant tout pour Marie-Paule un espace de rencontre. Dans cet esprit de rencontre et de transformation, sa démarche s’inscrit dans la présence. Faire entendre une voix dans l’écrit, s’y jeter entièrement, oser livrer et faire entendre ses mots sur scène, entière. Une présence toutefois qui fait place à l’autre, une présence en écoute et en sensibilité, une présence rassembleuse. Une présence qui se veut entraîneuse, dans tous les sens du terme. Dans ses créations tout comme dans l’accompagnement du geste créatif, cette présence est la même.

Esther Hardy, comédienne et auteure

Comédienne de formation Esther est devenue auteure pour exprimer sa vision, sa folie et son art. L’enseignement et l’écriture sont deux aspects importants de son travail. Le désir de transmettre ce qu’elle appelle son feu sacré et surtout le plaisir de jouer sont au centre de son travail d’atelier. En créant un atelier spécifique qu’elle appelle « sortir de sa coquille », elle souhaite permettre aux participants d’abord terrorisés à l’idée d’être sur scène de lâcher prise.  Au bout de quelques ateliers et grâce à une technique de travail ludique, ils finissent par oublier leur propre timidité par amour du jeu.  Ces victoires sont sa plus grande joie !

Sandra Lachance, photographe © Crédit photo - Sandra Lachance

Dans le cadre d’une démarche artistique articulée autour de mises en scènes nous racontant des histoires du quotidien, Sandra s’intéresse au portrait comme construction de l’image. En entrant en relation avec l’autre pour mieux le connaître, elle peut rendre toute sa profondeur et sa complexité à travers ses photographies dans lesquelles elle crée un contexte qui permet l’expression de la fiction, tout en s’inspirant de ce qui existe, de ce qu’elle perçoit et voit. Par le biais de la création d’une œuvre, elle expose des facettes de l’humain souvent passées sous silence.  Site web : www.sandralachance.net

Hubert Lafore, artiste visuel et scénographe © Crédit photo - Olivier Bonhomme

Convaincu que le plus beau progrès à réaliser maintenant est une répartition plus équitable des richesses culturelles, matérielles et naturelles, Hubert s’intéresse à la bienveillance, à l’invention de nouvelles formes de lien qui dépassent le fonctionnement archaïque en mode dominants-dominés. Ces problématiques sont omniprésentes dans ses installations plastiques, ses performances, ses contributions scénographiques. Il collabore depuis plusieurs années à des projets de co-créations et mène des ateliers où l’envie du participant est au centre du projet. Site web : www.hubertlafore.com

Sarah Lalonde, auteure jeunesse et scénariste © Crédit photo - Mathieu Vachon

Sarah est une amoureuse des mots, des histoires et de l'univers de l'enfance. À travers les années, elle a travaillé avec des publics très variés dans le cadre d'ateliers créatifs mélangeant écriture, théâtre et cinéma. Elle privilégie les rencontres artistiques ludiques agrémentées d'un soupçon d'humour, de gamineries et de poésie. Dans ces échanges mutuels avec l'Autre, où l'art de la création prend tout son sens, Sarah puise inspiration et énergie. Elle se plait aussi à faire des histoires qui finissent bien... sinon, à quoi bon !

Rodrigo Moreira, photographe

Ses séries photographiques font souvent voir le côté abstrait et même surréel des sujets qui l’interpellent. L’histoire des personnes et des choses, leurs rapports avec le temps qui passe et les transformations subies par ces sujets sont explorés dans ses séries d’images. L’aspect sériel comme construction d’un discours narratif est fondamental dans son travail.

Melissa Morris, artiste en arts visuels © Crédit photo - Melissa Morris

Les arts visuels, le documentaire et l’installation sont ses laboratoires. Ils représentent pour elle des dispositifs permettant de réfléchir profondément sur la façon d’assumer un rôle constructif et de transformation dans la société. Suite à des années d’exploration et d’expérimentation dans la pratique documentaire, elle a compris que son parcours académique et professionnel devait être consacré à ce qui donne un sens à sa vie. L'exploration de diverses disciplines marquée par une sensibilité sociopolitique accompagne ses recherches, axées autour de la problématique du rôle médiateur des arts et des médias dans différents milieux.

Fred Teyssier, comédien

Depuis plus de 25 ans, Fred se consacre aux formes dites populaires des arts vivants. Par sa pratique du théâtre de rue dans toutes les conditions et sur plusieurs continents il souhaite ouvrir les arts à tous. Pour lui, il est essentiel de mettre en contact le public avec des formes variées, originales et audacieuses de théâtre ou d’événements interactifs urbains, et ce, pas uniquement dans des salles traditionnelles de représentation. L’idée est de prendre possession de l’espace urbain pour en changer le sens premier ou de s’y adapter. 

Citlali Trevino, danseuse

Citlali est attirée par le « vivant », par ce qui transforme un mouvement en danse, par ce qui rend une pièce vivante. Selon elle, ce lien se fait au niveau de l’humain et grâce à ce qui nous rend humain. C’est lorsque la tête, le cœur et le corps sont à l’unisson que la danse peut toucher et parler à tout le monde. Quelle que soit la technique et les mouvements, si la danse est « vivante », les vibrations et les émotions se transmettent. C’est pour cela qu’elle aime partager sa passion. Selon elle, danser est l’un des plaisirs de la vie auquel tout le monde devrait avoir accès, c'est comme un vocabulaire, c'est une manière de s’exprimer.